"en effet c'est incroyable, de voir à quel point les gens, peu importe qui, mettent un point d'honneur à toujours tout gächer.
Nan je sais qu'on me vois venir avec ma perpetuelle mauvaise humeur, mon envie de râler incessante, ma "negative attitude"...la n'est pas la question.
en fait les idées sont la, la motivations des fois , mais le putain de trou du cul qui viens nous peter les miche , LUI il est toujours là! A croire qu'il prend un malin plaisir à nous faire chier! Je dis IL ça pourrait etre ELLE, c'est juste plus long à ecrire et comme chacun le sait, je suis une grosse fegnasse!"

j'ai des envies de creer mais rien qui viens au bout de mon stylo...au bout de mon aiguille encore moins. C'est dingue je me sens handicapée du cerveau, comme si un mecanisme était bloqué... Bah ça passera, j'espere...

je suis une arme nucelaire et la seule vue de mes cheveux vous creve les yeux! OYEZ BRAVES GENS! c'est pas demain la veille que je cederais à vos caprices, parce que qu'ici la princesse, c'est moi. (ou Antonin...quand il pete ça fait des paillettes et ça sens la rose...qualité indispensable pour etre une princesse)
mes cheveux vous indisposent? fermez les yeux!
le son de ma voix vous importune? bouchez vous les oreilles!
et si par malheur ma simple presence vous fait horreur, je vous prierai de plier bagage et de partir.
Les geneurs restent et les génés se cassent.

mais ya des gens biens, voilà ce qui me donne envie de sourire.

sourire...

j'ai le sourire aux levres et les yeux qui brillent, parce que je vois que, peut etre, je peux reussir.

espoir

et j'ai l'espoir qu'un jour je menerai la vie dont je reve toutes les nuits , en secret.

le plus incroyable dans tout ça c'est que j'ai presque pas le temps de m'ennuyer et que quand c'est le cas, je gribouille des immondices ou je lis des romans geniaux de Bernard Werber. Parfois je chante (faux) et parfoix je regarde le bout de mes orteils en me disant que je dois avoir les plus beau pieds du monde...ou pas. Cela dit rien à voir.

cet article doit etre un des plus pourris que j'ai ecrit mais il m'amus et me detends. Je suis comme un cochon d'industrie, je m'occupe comme je peux en attendant l'heure du gavage. Charmante comparaison je sais!

quand je pense à ce que je me suis goinfrée ce matin! le pain etait degueu! mais je l'ai mangé, parce que j'en avait envie...sur le coup je me suis sentie comme une femme obese devant un gros plat de gruyere aux pates...affamée psychologiquement. Tout ça pour quatre bouts de pain racis coulants de beurre...sans gout...mais c'est bon de manger!

ah ah!

oui?

c'est l'heure

du crime

non de la bouffe!!!!

DE LA BOUFFE!!!

DE LA BOUFFE!!!